Le prof en liberté – La bière peut-elle être l’expression d’un territoire ?

En ces chroniques, nous avons déjà discuté de la notion de terroir. Depuis les moines industrieux de la Bourgogne, en passant par les appellations modernes, jusqu'au classement des climats à l'Unesco, tout est terroir. Le marketing vineux est passé par là, car, avouons-le, si c'est terroir, c'est mythique et, si c'est mythique, ça se vendra mieux.

Que regroupe exactement ce terme ? Souvent, on l'associe à la parcelle, mais en vérité il contient deux sortes d'éléments. Le premier est logique, ce sont les choses non transférables, classiquement associées au lieu. Le second l'est moins : il s'agit des choses transférables, comme les techniques de taille, de culture, de vinification. À forcer le pied dans la chaussure, on a déformé le godillot. La notion étendue permet de démontrer facilement que tout est terroir et inversement (et, si c'est terroir, c'est mythique…).

Une fois n'est pas coutume, citons soi-même :

« En vérité, depuis quelques années, le tournant de siècle pour clarifier le terme de terroir a réalisé une préemption sur les autres variables qui conditionnent le vin. Il inclut tant les caractéristiques naturelles et non transférables – la parcelle, le sol, le sous-sol et la climatologie locale – que les facteurs humains, soit le choix du matériel végétal, les techniques de taille, de conduite de vigne et de vinification. »

À LIRE AUSSILe prof en liberté #10 – Le terroir existe-t-il ?

Les responsables des cafés géographiques d'Albi, une belle initiativ [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles