Le prof, "l'emprise" islamiste et la politique: retour sur une semaine de polémiques à Trappes

·2 min de lecture

Une enquête a été ouverte pour des menaces de mort à l'encontre du maire de Trappes. Ali Rabeh est en conflit avec un professeur de philosophie de la ville, Didier Lemaire, qui dénonce "la progression d'une emprise communautaire toujours plus forte" sur ses élèves, ainsi que "l'absence de stratégie de l'Etat pour vaincre l'islamisme".

Les sorties médiatiques répétées cette semaine d'un professeur de Trappes, qui dit être attaqué pour avoir pris la défense de Samuel Paty, ont rallumé la polémique sur le poids des islamistes dans cette ville des Yvelines et pris un tour très politique. Cheveux longs et verbe haut, Didier Lemaire enseigne depuis vingt ans la philosophie au lycée de la Plaine-de-Neauphle.

Sa notoriété dépasse les grilles de l'établissement en novembre, lorsqu'il publie dans L'Obs une lettre ouverte pour dénoncer "la progression d'une emprise communautaire toujours plus forte" à Trappes et, plus généralement, "l'absence de stratégie de l'Etat pour vaincre l'islamisme". Il y a quelques jours, il réapparaît sur les plateaux de télé alors que les députés débattent du projet de loi sur les séparatismes.

Même s'il concède ne pas "vivre dans la peur", le prof y affirme être la cible "de propos haineux" et d'"attaques" depuis l'assassinat de Samuel Paty en octobre par un jeune radicalisé. "On nous a signalé des inquiétudes vis-à-vis du professeur à l'encontre duquel des menaces auraient été proférées", confie lundi à l'AFP le parquet de Versailles, qui ajoute avoir ouvert une enquête pour "menaces sur personne chargée de mission de service public".

"

Huile sur le feu

"

Devant son lycée sous protection de la police, les avis sont partagés. "Un bon prof", juge une élève sous couvert d'anonymat. "Il est sympa, gentil, normal quoi", renchérit une autre, pas franchement étonnée par ses propos: "il nous avait déjà donné son avis sur les islamistes". "Je ne suis pas d'accord avec lui quand il dit qu'il ne se sent pas en sécurité à Trappes", affiche à l'inverse Joanna, 18 ans. "C'est ridicule", renchérit même Yasmine.

Trappes s'enorgueillit du succès de(...)


Lire la suite sur Paris Match