Produits toxiques. Avec les nouvelles règles européennes, la nuit d’encre des tatoueurs

·1 min de lecture

L’arrivée de nouvelles normes européennes sur la composition des encres de tatouage crée la panique dans les salons. La RTBF est allée à la rencontre de professionnels du secteur, qui dénoncent une mesure injustifiée et l’absence d’alternative, menaçant leur activité.

Une réglementation européenne, entrée en vigueur mardi 4 janvier, pourrait porter un coup dur à l’activité des tatoueurs, alerte le diffuseur belge RTBF. Annoncée fin 2020 par l’Agence européenne des produits chimiques, elle prévoit l’interdiction d’une vingtaine de pigments et la révision des seuils de 4 000 “substances chimiques utilisées pour les encres de tatouage et le maquillage permanent”. “C’est comme priver un boulanger de sa farine”, déplore un professionnel de Mons, dans le Hainaut.

À lire aussi: États-Unis. Après une pause pandémique, l’industrie du tatouage redécolle

Les encres de couleur les plus utilisées dans les salons sont désormais illégales. Les tatoueurs se plaignent surtout de l’absence d’alternative immédiate, qui forcerait à l’arrêt de leur activité. Si les fabricants ont travaillé depuis un an pour mettre au point de nouveaux produits, ceux-ci ne sont pas encore disponibles en quantités suffisantes.

“Aucun tatoueur n’a encore reçu les nouvelles bouteilles d’encre de couleur, les seules à être désormais légales”, explique la représentante d’une association nationale de professionnels dans un autre article de la RTBF. Elle ajoute que la composition de l’encre noire a également dû être revue, produisant une

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles