Les produits laitiers sont neutres pour la vie

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique

« Les produits laitiers sont nos amis pour la vie ». Ce célèbre slogan, qu'on entend encore résonner dans nos têtes ou dans certaines publicités, a clairement participé de l'image santé que l'on confère aux produits laitiers. Néanmoins, les croyances populaires comme « ils sont très riches en calcium et bons pour les os » ont pris du plomb dans l'aile depuis quelques années. Des mouvement et doctrines « anti-lait » se sont également développés. On peut notamment citer le Professeur Henri Joyeux conseillant dans ses conférences le « Yaya » (comprenez : le yaourt) « le soir avant d'aller dans l'au-delà » ! Avec la dérégulation du marché de l'information, on ne sait désormais plus qui croire. Une étude publiée dans le British Medical Journal, regroupant les résultats de trois grandes études de cohortes de personnes sans maladie, conclut que la consommation de produits laitiers est neutre pour la santé et qu'elle dépend surtout des aliments avec lesquels ils sont remplacés.

Pas d'effet sur la mortalité 

En compilant les résultats de ces trois grandes études d'observations, les chercheurs se sont rendus compte qu'il n'y avait aucune différence entre la mortalité des petits consommateurs (0,8 portions par jour) et des gros consommateurs (4,2 portions par jour). Une légère différence subsiste entre ces deux catégories concernant certaines maladies — dont les maladies cardiovasculaires et le cancer — mais rien d'assez important pour être significatif et pour déconseiller fermement la consommation de produits laitiers. Par ailleurs, aucun bénéfice santé sérieux pour justifier une consommation accrue. De même, la consommation de produits au lait entier est associée à une mortalité générale mais également spécifique (cardiovasculaire et cancer) plus importante. Pour ces associations également, les écarts sont faibles. 

Les faibles écarts statistiques concernant la mortalité entre petits et gros consommateurs de produits laitiers ne justifie pas qu'on déconseille leur...

> Lire la suite sur Futura