Les producteurs de vaccins en France face à la hantise des cyberattaques

Claire Tervé
·.
·1 min de lecture
Derrière la com' verrouillée de la production de vaccins en France, la question de la cybersécurité (Photo: athima  tongloom via Getty Images)
Derrière la com' verrouillée de la production de vaccins en France, la question de la cybersécurité (Photo: athima tongloom via Getty Images)

CYBERSÉCURITÉ - Ne pas faire de vague, rester discrets. Voilà plus d’un mois et demi qu’Emmanuel Macron a dévoilé les trois sites qui participeront à la production de vaccins anti-Covid en France: l’usine Delpharm pour le vaccin Pfizer/BioNTech, Recipharm pour Moderna et Fareva pour le vaccin allemand CureVac.

“Dès les prochaines semaines, c’est-à-dire dès fin février début mars, nous aurons des sites qui vont en France produire le vaccin”. “Sur les semaines et mois qui suivront”, les sites concernés “vont progressivement s’ouvrir et produire”, avait annoncé le président de la République, sans détailler le calendrier précis de lancement de la fabrication.

Aujourd’hui, alors que la fin du mois de mars approche et que s’accélère la troisième vague de la pandémie en Europe, où en est la production de ces vaccins sur le sol français? A-t-elle commencé? Quand pourront être délivrées les premières doses?

Sur ces interrogations, difficile d’obtenir des réponses claires. “Nous n’avons pas ces informations pour le moment”, “nous ne pouvons pas vous en dire plus à l’heure actuelle” ou encore “le début de la production se fera au cours du premier semestre”, ont répondu au HuffPost plusieurs sources proches du dossier. Une communication vague et surprenante au regard des enjeux qui entourent la fabrication de ces précieux sésames de sortie de crise.

Un manque de transparence qui, d’après nos informations, n’est pas tant lié à une question de production qu’à un réel impératif de sécurité informatique.

Rester dans l&rs...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.