Producteur tabassé : "Il y a une culture policière perméable au racisme"

·1 min de lecture

Quelques jours après la publication des images de l’agression du producteur de musique Michel Zecler dans le 17e arrondissement de Paris, Emmanuel Macron a réagi sur Facebook. "Des images qui nous font honte", a écrit le Président de la République, qui a demandé au gouvernement de lui faire rapidement des propositions pour lutter efficacement contre toutes les discriminations. Invité d’Europe 1 samedi, le sociologue Michel Wieviorka est revenu sur ce qu'il décrit comme des "violences racistes policières".

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici

"Tous les policiers ne sont pas racistes et violents"

"J'utilise les trois mots parce que l'on ne peut pas dire que ce sont trois cas isolés et qu'il n'y a pas grand-chose d'autre part ailleurs, des 'gens qui déconnent', comme le dit Monsieur Darmanin. On ne peut pas dire ça, mais on ne peut pas dire non plus que la police est raciste et violente. Tous les policiers ne sont pas racistes et violents", affirme d'abord l'ancien président de la fondation Maison des sciences de l'homme.

"Il faut poser le problème autrement. Il y a d'un côté une culture policière perméable au racisme, mais pas un racisme qui devient passage à l'acte, sinon exceptionnellement. Le vrai problème, c'est comment on passe d'une culture qui a été perméable au racisme et qui le demeure, à des actes exceptionnels aussi graves que celui dont nous parlons", poursuit le spécialiste.

>> LIRE AUSSIProducteur tabassé : com...


Lire la suite sur Europe1