Le producteur Gérard Louvin et son mari visés par une nouvelle enquête pour "viols sur mineurs"

·2 min de lecture

Le producteur de télévision Gérard Louvin et son mari Daniel Moyne font l'objet de nouvelles investigations après un témoignage indirect les accusant de tourisme sexuel au Brésil en 2004

Déjà visés par une enquête pour "viols sur mineurs", le producteur de télévision Gérard Louvin et son mari Daniel Moyne font l'objet de nouvelles investigations après un témoignage indirect les accusant de tourisme sexuel au Brésil en 2004, ce qu'ils contestent. Cette nouvelle enquête a été ouverte début août, également pour "viols sur mineurs", et les investigations ont été confiées à la Brigade de protection des mineurs (BPM), a indiqué samedi le parquet de Paris, confirmant une information du Parisien. Me Céline Bekerman, qui défend M. Moyne, a qualifié d'"abracadabrante" l'ouverture de l'enquête. "Il ne s'agit plus de justice mais d'un acharnement qu'aucun élément ne justifie", a-t-elle estimé.

L'avocat de M. Louvin, Me Christophe Ayela, a pour sa part annoncé qu'il déposerait dès lundi une plainte pour dénonciation calomnieuse contre ce couple, ainsi qu'une autre pour violation du secret de l'enquête contre le Parisien. "On ne salit pas les gens comme ça", a-t-il déclaré, affirmant que "la tentative d'extorsion", selon lui, d'Olivier A., le neveu de M. Louvin qui a accusé d'inceste son oncle et son compagnon dans une plainte et qui fait lui-même l'objet d'une enquête pour "chantage", avait déclenché "moults convoitises et calomnies".

"Au printemps, un couple ayant résidé à Rio de Janeiro entre 1999 et 2009 a communiqué à la justice une attestation dans laquelle il affirme avoir eu connaissance de l'organisation par les deux hommes de 'parties sexuelles payantes' avec des mineurs des favelas", raconte le Parisien. "Les deux témoins font essentiellement référence à une soirée qui aurait été organisée lors du réveillon de fin 2004. Une 'partie sexuelle payante' à laquelle ils n'ont pas assisté mais qui, selon leurs(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles