Les procureurs de Ceuta enquêtent sur des expulsions de mineurs par des soldats espagnols

·2 min de lecture
LES PROCUREURS DE CEUTA ENQUÊTENT SUR DES EXPULSIONS DE MINEURS PAR DES SOLDATS ESPAGNOLS

MADRID (Reuters) - Les procureurs de l'enclave espagnole de Ceuta enquêtent sur les accusations selon lesquelles des soldats espagnols ont enfreint la loi en expulsant des enfants qui avaient franchi la frontière depuis le Maroc lorsque des milliers de migrants avaient tenté d'entrer dans l'enclave nord-africaine la semaine dernière.

Le procureur de Ceuta chargé des mineurs, Jose Luis Puerta, a déclaré vendredi qu'il avait ouvert l'enquête après que deux organisations non gouvernementales ont déposé une plainte citant des images télévisées de Reuters montrant des soldats raccompagnant apparemment un jeune garçon, qui avait nagé jusqu'à Ceuta en utilisant des bouteilles vides comme flotteurs, jusqu'à la barrière frontalière.

Le garçon faisait partie des quelque 8.000 personnes qui ont rejoint Ceuta à la nage ou qui ont escaladé la clôture entre l’enclave et le Maroc au début de la semaine dernière, après que les autorités marocaines ont semblé relâcher les contrôles, ce qui a incité l'Espagne à déployer des troupes et des policiers supplémentaires.

"Pour l'instant, l'enquête se concentre sur le cas spécifique de la vidéo de Reuters", a déclaré Jose Luis Puerta.

La garde civile et les forces de police nationale espagnoles à Ceuta ont refusé de commenter l'enquête, tout comme la délégation du gouvernement espagnol dans l'enclave, qui gère la politique frontalière, et le ministère espagnol de l'Intérieur à Madrid. Le ministère espagnol de la Défense, en charge de la présence militaire à Ceuta, n'a pas répondu à une demande de commentaire.

"Plusieurs médias nous ont appelés en disant qu'ils avaient des vidéos montrant des cas similaires", a déclaré Jose Luis Puerta.

Les "déportations express" d'adultes sont autorisées entre l'Espagne et le Maroc en vertu d'un accord bilatéral, mais les autorités espagnoles sont tenues par la loi espagnole d'héberger les mineurs non accompagnés qui ne sont pas réclamés par leurs parents.

La plupart des 8.000 personnes qui ont traversé la frontière ont été renvoyées au Maroc, mais des centaines de mineurs non accompagnés restent, a déclaré le gouvernement régional de Ceuta en début de semaine.

(Nathan Allen; version française Camille Raynaud)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles