"Procrastination", "temps perdu" : l'essentiel de la classe politique dénonce la stratégie des petits pas du gouvernement contre le Covid-19

Benjamin Mathieu
·1 min de lecture

"On vous met un garrot autour de la gorge et on tourne ce garrot pour vous étouffer" : le sénateur PS Patrick Kanner choisit l'image du garrot espagnol pour résumer la semaine qui a précédé les annonces de Jean Castex. Le Premier ministre n'a finalement pas annoncé de troisième confinement, mais plutôt un renforcement des mesures de couvre-feu et une fermeture des frontières.

Avant Patrick Kanner, d'autres avaient comparé l'attente à un "supplice chinois". Et si la décision est finalement moins dure qu'attendue, le patron des socialistes au Sénat craint qu'on aboutisse in fine à un confinement : "Le garrot a été un peu desserré par rapport à ce que l'on envisageait. Mais je crains que malheureusement on aille jusqu'au bout."

"On voit bien qu'aujourd'hui, le gouvernement est extrêmement divisé"

Patrick Kanner a estimé sur franceinfo qu'il n'était plus temps de tergiverser. Dans sa région des Hauts-de-France, le variant anglais représente environ 20% des nouvelles contaminations au coronavirus : "On voit bien qu'aujourd'hui, le gouvernement est extrêmement divisé entre ceux qui pensent qu'il faut aller vite pour casser l'épidémie et prendre enfin un train d'avance, et ceux qui ont d'autres considérations." Le sénateur PS s'interroge : "Est-ce qu'à force de procastiner et de retarder la décision, on n'est pas en train de mettre en danger des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi