Proche-Orient: l’engrenage inexorable des confrontations entre Israéliens et Palestiniens

·1 min de lecture

Trois mois après l'opération « Gardien des murs », un nouveau cycle de violences à la frontière entre Israël et Gaza semble s'imposer. Ballons incendiaires, manifestations violentes et bombardements aériens sont devenus à nouveau le fait quotidien de la région. Les deux parties, Palestiniens et Israéliens semblent se diriger de manière inexorable vers une nouvelle confrontation.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

L’aviation israélienne a frappé à Gaza la nuit dernière. Un raid qui, selon un communiqué militaire israélien, a visé un complexe militaire du Hamas servant à l'entraînement et à la production d’armes. Le point d’accès à un tunnel aurait également été bombardé. En Israël on le souligne: il s’agit de représailles aux lancers de ballons incendiaires et aux frictions à la frontière entre Gaza et Israël.

Projectiles et gaz lacrymogènes

Quelque 300 Palestiniens ont brûlé des pneus et lancé des projectiles sur les troupes israéliennes qui ont réagi par des gaz lacrymogènes et des tirs. Selon une source hospitalière palestinienne, onze manifestants ont été blessés hier soir le long de la barrière.

Les « nuits de la confusion »

Ces actions devraient se poursuivre tout au long de la semaine. Selon le quotidien palestinien Al Ayyam les factions à Gaza ont décidé de reprendre dès aujourd’hui ces activités, les ballons incendiaires et aussi ce que les Palestiniens appellent les « nuits de la confusion » qui consistent à harceler par petits groupes les militaires israéliens et porter atteinte à la routine quotidienne des villages en Israël en lisière de cette frontière.

À lire aussi : Gaza visée par des frappes aériennes israéliennes après des lancers de ballons incendiaires

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles