"Les prochaines semaines vont être les pires de cette pandémie" : des médecins britanniques demandent un renforcement des mesures contre le Covid-19

Richard Place
·1 min de lecture

La campagne de vaccination prend une nouvelle ampleur lundi 11 janvier au Royaume-Uni avec l’installation de sept grands centres dans tout le pays. Les patients seront accueillis notamment dans des stades de football et de courses de chevaux, comme à Bristol, Londres, Newcastle et Manchester. Objectif : 15 millions de personnes doivent avoir reçu une dose d’ici un mois. On en compte aujourd’hui près de deux millions.

Mais les scientifiques pressent le pouvoir de prendre des restrictions encore plus drastiques car le confinement dans sa version actuelle ne semble pas suffisant. Les responsables médicaux le martèlent au gouvernement : les masques ne sont pas obligatoires à l’extérieur, les crèches restent ouvertes, les distances de sécurité sont insuffisamment respectées dans les supermarchés. Il faut plus de contrôles et, si nécessaire, plus de sanctions.

30 000 malades du Covid-19 hospitalisés

Le médecin-chef de la lutte contre l'épidémie en Angleterre apparaît dans un clip depuis hier où il rappelle les règles de base. Le professeur Chris Whitty fait aussi le tour des médias aujourd’hui pour alerter sur la situation des hôpitaux : "Les prochaines semaines vont être les pires de cette pandémie pour nos services de santé. Ce que nous devons faire avant les effets du vaccin, ce qui va prendre plusieurs semaines, c’est redoubler d’efforts. C’est le problème de tout le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi