Procès de Willy Bardon : les 26 secondes de l'appel d'Elodie Kulik divisent les experts

·1 min de lecture

A qui appartiennent les voix masculines que l'on peut entendre sur l'enregistrement de l'appel d'Elodie Kulik aux pompiers ? C'est la question qui se pose dans le cadre du procès en appel de Willy Bardon, pour le viol et le meurtre de la jeune femme en 2002. Si les experts sont formels et reconnaissent bien deux voix masculines derrière les hurlements d'Elodie Kulik sur la bande son, ils se heurtent à la difficulté de les identifier scientifiquement. En cause, la mauvaise qualité de l'enregistrement et les briques de mots trop inintelligibles. 

>> Retrouvez Europe soir en replay et en podcast ici

Un enregistrement "biaisé"

L'expert de la police scientifique a même lancé une mise en garde en direction de la cour en appelant cette dernière à la prudence face à l'enregistrement. Pour un scientifique entendu comme témoin , la reconnaissance vocale est impossible quand on ne distingue pas les mots prononcés. Un doute sérieux qui pourrait bénéficier à l'accusé. 

"Concrètement, on a une bande qui dure 26 secondes sur laquelle on identifie des individus" sur quelques secondes "sur un enregistrement de très mauvaise qualité qui en plus est biaisé par tout ce qu'on entend autour, c'est à dire la détresse de cette jeune femme qui n'est pas contestable", assure Stéphane Daco, un des défenseurs de Willy Bardon. 

"On a des chances de se tromper"

"L'expert nous dit qu'on ne peut pas identifier quelqu'un. Je pense que tout est dit à ce moment-là. Dire que très clairement dans ce dossier-...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles