Procès du violeur de la Sambre : « Ouf... Dino Scala s’est remis à parler »

© Plana Radenovic/Le JDD

Voici son témoignage : « Ce mercredi, Dino Scala parle. Au nom des parties civiles, j’ai envie de dire "ouf", car le but de ce procès est aussi pour elles de l’entendre reconnaître ce qu’il s’est passé. Hier, l’accusé s’était refermé face aux questions qui pointaient ses contradictions. Dès qu’il parle, qu’il dise blanc ou noir, cela suscite des réactions, forcément. Chacun de ses propos est interprété par les parties ; or les oreilles des victimes ne sont pas capables d’entendre les mêmes choses que celles des avocats de la Défense ou des professionnels. Ce n’est pas notre histoire, ce n’est pas notre drame intime. Et encore une autre analyse est possible chez chacun des jurés. Cela rend les choses extrêmement compliquées pour cet homme. Dès qu’il évoque quelque chose, nous nous en servons immédiatement après.

 

"

Dino Scala est clair, cohérent mais il ne se rend pas compte de la portée de ses mots.

"

Quand il reconnaît les faits, Scala donne, on le voit, des éléments d’information, il essaie. En revanche quand il conteste il avance des motifs, par exemple il dit que ça ne correspond pas à son mode opératoire, mais à chaque fois cela se retourne contre lui, car on va trouver quelque chose dans le dossier qui le discrédite. Ce n’est pas simple pour lui, il est face à une armée d’avocats de parties civiles (24), et lui contrairement à nous n’a pas l’expérience de s’exprimer devant une Cour. C’est la première fois de sa vie qu’il se retrouve face à la justice.

Dino Scala est cla...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles