Procès du violeur de la Sambre : le moment où l'enquête a basculé

Assises de Douai. Il est 7h36 et l'une des victimes du violeur de la Sambre est la première à témoigner. "Il a bousillé ma vie", déclare-t-elle. Dino Scala, 61 ans, comparait pour 17 viols, 12 tentatives de viol et 27 agressions ou tentatives d'agression sexuelle, commis à l'encontre de 56 victimes entre 1988 et 2018. Leurs dépositions se poursuivront jusqu'à la semaine prochaine. Au cours de l'audience, les enquêteurs ont aussi pris la parole.

Le responsable du groupe d'enquête à la PJ de Lille l'avait surnommé avec ironie "Monsieur moyen". Taille moyenne, corpulence moyenne. C'était en fait la description des victimes. "Mais au moment de son interpellation, j'ai lu dans ses yeux que nous ne nous étions pas trompés", témoigne un enquêteur.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

La fin de 30 années de traque

Dans son premier face à face avec le violeur de la Sambre , il lui glisse "This is the end." "Il m'a regardé", relate le policier. Sans doute qu'il a intégré effectivement que c'était la fin de son parcours, la fin de 30 années de traque qui provoque chez les enquêteurs un mélange d'amertume et de satisfaction. Au début, Dino Scala garde le silence, puis il se met à collaborer avec les enquêteurs. Il se livre. "Il nous dit qu'il aurait aimé rencontrer des gens comme nous avant. Mais moi aussi, j'aurais bien aimé le rencontrer avant", commente le policier.

Et puis, les enquêteurs remontent le fil du parcours du prédateur. Les premières plaintes, dan...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles