Procès Troadec: une "famille entière a disparu" s'indignent les parties civiles

·2 min de lecture

"La famille entière a disparu, c'est ça le vide", s'est indigné mardi un avocat des parties civiles au procès Troadec, défendant avec sa consoeur l'idée qu'Hubert Caouissin a tué intentionnellement quatre membres de sa belle-famille pour le vol supposé d'un trésor de lingots d'or.

"Ce trésor, il l'a utilisé comme un Karcher à projeter de la haine", a lancé Cécile de Oliveira, avocate de la famille de Brigitte Troadec, assurant que "Brigitte et Pascal sont morts en sachant le meurtre de leurs deux enfants".

Me de Oliveira et Me Olivier Pacheu, avocat de la famille de Pascal Troadec, ont chacun fait le récit de la nuit du 16 au 17 février 2017. Ils estiment qu'Hubert Caouissin est venu avec l'intention de tuer le couple Troadec et leurs enfants, Charlotte, 18 ans, et Sébastien, 21 ans.

Depuis deux semaines, l'accusé a lui assuré devant la cour d'assises de Loire-Atlantique qu'il s'agissait d'une dispute ayant dégénéré en bagarre mortelle avec un pied de biche.

"Ce n'est pas par hasard qu'il a fait disparaître" l'arme du crime et les crânes des victimes, a fait valoir Me Pacheu, estimant qu'il n'y avait qu'"un seul scénario possible: la surprise".

"Ça ne peut débuter que par la mort de deux enfants", a-t-il aussi assuré durant sa plaidoirie, expliquant à la sortie de l'audience être affecté par la douleur de ses clients "qui font face à ce vide abyssal d'une famille qui a complètement disparu".

"Même dans la mort, ils n'existent plus", a-t-il aussi relevé, égrenant les termes utilisés par le médecin légiste au sujet des quatre corps "décapités, écorchés, dépecés, désossés, incinérés" par l'accusé dans sa ferme du Finistère.

Pendant plusieurs journées et nuits qu'il a passées à éliminer les traces de ses crimes, "la mort a été le métier d'Hubert Caouissin", a déclaré Me de Oliveira.

Les deux avocats ont défendu l'idée qu'Hubert Caouissin avait pensé à tuer longtemps avant le passage à l'acte, Me de Oliveira estimant qu'il avait "jeté de la poudre d'or aux yeux" de son entourage avec l'histoire des lingots volés, et Me Pacheu insistant sur un enregistrement de 2014 dans lequel il déclare que "pour des sommes comme ça, on éradique des familles".

Le verdict du procès est attendu mercredi.

faa/gvy/bow

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles