Le procès de la travailleuse humanitaire Zaghari-Ratcliffe s'est tenu en Iran, rapporte son avocat

·1 min de lecture
LE PROCÈS DE LA TRAVAILLEUSE HUMANITAIRE ZAGHARI-RATCLIFFE S'EST TENU EN IRAN, SELON SON AVOCAT

DUBAÏ (Reuters) - Le procès de la travailleuse humanitaire brito-iranienne Nazanin Zaghari-Ratcliffe s'est tenu dimanche en Iran, a dit son avocat Hojjat Kermani, qui a souhaité qu'elle soit acquitté des accusations de propagande contre l'Etat iranien.

"Le procès s'est déroulé dans une atmosphère calme. (...) D'un point de vue légal, le tribunal devrait prononcer le verdict dans une semaine mais cela dépend du juge. J'ai bon espoir qu'elle soit acquittée", a déclaré Hojjat Kermani.

Il a assuré que Nazanin Zaghari-Ratcliffe, directrice de projet à la Fondation Thomson Reuters, la branche caritative de l'agence, était en bonne santé et calme à l'audience.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab a jugé ce second procès inacceptable.

"Il est inacceptable que l'Iran ait choisi de poursuivre la deuxième procédure contre Nazanin Zaghari-Ratcliffe", a déclaré Dominic Raab dans un communiqué.

"Elle a été soumise à une cruelle et honteuse épreuve par le comportement calculateur du gouvernement iranien. Cela doit cesser."

Nazanin Zaghari-Ratcliffe a été arrêtée en avril 2016 à l'aéroport de Téhéran et condamnée à une peine de cinq ans d'emprisonnement pour des accusations de complot destiné à renverser le pouvoir clérical. Elle nie ces accusations.

Sa peine d'emprisonnement a pris fin dimanche dernier et son bracelet électronique lui a été retiré, lui permettant de voyager librement en Iran.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe n'a toutefois pas été autorisée à quitter le pays. Elle était de nouveau convoquée devant la justice ce dimanche pour des accusations de propagande contre l'Etat iranien.

(Parisa Hafezi, avec Elizabeth Piper à Londres, version française Matthieu Protard)