Procès Tony, retour sur une semaine d’horreur

Par Valentine Arama (avec AFP)
·1 min de lecture
Le petit Tony est mort sous les coups, le 26 novembre 2016, à l'âge de 3 ans.
Le petit Tony est mort sous les coups, le 26 novembre 2016, à l'âge de 3 ans.

Une semaine pour se représenter le pire, le calvaire enduré par le petit Tony, mort le 26 novembre 2016 à 3 ans. Depuis lundi, le beau-père et la mère du petit garçon comparaissaient devant les assises de la Marne. Ce vendredi, Loïc Vantal, 28 ans, a été condamné à 20 ans de réclusion après avoir été reconnu coupable de « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité ». Caroline Létoile, la mère de Tony, a quant à elle écopé de quatre ans de prison dont un avec sursis probatoire.. L'avocat général avait demandé 30 années de réclusion à l'encontre du beau-père et cinq ans avec sursis contre la mère, poursuivie notamment pour « non-assistance à personne en danger ».

Une chambre sale, pas de jouets, des repas aléatoires, des coups incessants? Dès le premier jour du procès, la cour d'assises s'est plongée dans le quotidien de ce couple et de celui du petit garçon. À la barre, les enquêteurs se sont succédé pour décrire la détresse et la douleur de Tony, qui présentait 23 lésions sur la tête au moment de sa mort. « En vingt ans de carrière, c'est la première fois que je traite une affaire aussi dramatique et aussi violente », a résumé le brigadier-chef à la brigade des mineurs au commissariat de Reims. La présidente de la cour, Hélène Langlois, a quant à elle fait mention des analyses effectuées dans l'appartement du couple, qui ont permis de mettre en évidence des traces de sang de Tony un peu part [...] Lire la suite