Procès des sondages de l'Elysée- Nicolas Sarkozy: "J'ai toujours respecté l'institution judiciaire"

·2 min de lecture

Sommé de venir témoigner mardi au procès à Paris de ses anciens proches dans l'affaire des sondages de l'Elysée, l'ex-chef de l'Etat avait confirmé sa venue. Il est arrivé au tribunal vers 13h40.

L'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, sommé de venir témoigner mardi au procès à Paris de ses anciens proches dans l'affaire des sondages de l'Elysée, a tenu parole. Il est arrivé au tribunal judiciaire aux alentours de 13h40, accompagné de ses avocats. "Je respecte et j'ai toujours respecté l'institution judiciaire", a-t-il déclaré, appréciant la décision du mandat d'amener comme "inconstitutionnelle et disproportionnée". "En tant que président de la République, je n'ai pas à rendre de compte devant un tribunal mais devant les Français", a-t-il ajouté. "La séparation des pouvoirs n'est pas à géométrie variable", a-t-il encore défendu, expliquant qu'il ne répondrait à aucun question. Protégé par la Constitution, l'ancien chef de l'Etat n'a jamais été poursuivi, ni entendu à propos des soupçons de favoritisme et de détournement de fonds publics sur lesquels s'expliquent depuis le 18 octobre ses anciens collaborateurs. Il a quitté le tribunal peu avant 15h.

Dans un coup de théâtre judiciaire, le président de la 32e chambre correctionnelle du tribunal de Paris avait ordonné le 19 octobre la comparution comme témoin de l'ancien président de la République, au besoin "par la force publique".

Le tribunal juge que l'entendre est "nécessaire à la manifestation de la vérité"

Protégé depuis le début de cette affaire par son immunité, Nicolas Sarkozy n'a jamais été poursuivi ni entendu concernant les soupçons de favoritisme et de détournement de fonds publics sur lesquels s'expliquent depuis deux semaines ses anciens collaborateurs, notamment Claude Guéant, ancien secrétaire général de l'Elysée. Cité comme témoin par l'association Anticor, partie civile, il avait d'abord fait savoir, dans une missive à la juridiction, qu'il(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles