Procès pour favoritisme requis contre l’ex-secrétaire d’État Kader Arif

Source AFP
·1 min de lecture
Accusé d'avoir favorisé une société gérée par son frère dans un marché public, l'ancien secrétaire d'État Kader Arif a vu le parquet général demander un procès à son encontre. 
Accusé d'avoir favorisé une société gérée par son frère dans un marché public, l'ancien secrétaire d'État Kader Arif a vu le parquet général demander un procès à son encontre.

Le parquet général demande un procès devant la Cour de justice de la République (CJR) contre l'ancien secrétaire d'État Kader Arif, accusé d'avoir favorisé une société gérée par son frère dans un marché public, a-t-il indiqué à l'Agence France-Presse ce mercredi 17 février. Dans son réquisitoire définitif signé le 9 février, le procureur général François Molins a requis un procès pour « prise illégale d'intérêts, détournement de fonds publics et atteinte à la liberté d'accès et à l'égalité des candidats dans les marchés publics », a précisé le parquet général.

Désormais, il revient à la commission d'instruction de la CJR, seule instance habilitée à juger des membres du gouvernement pour des faits commis dans l'exercice de leurs fonctions, de décider de la tenue ou non d'un procès. Kader Arif est accusé d'avoir fait conclure, alors qu'il était secrétaire d'État aux Anciens Combattants, un contrat portant notamment sur du « media training » entre le ministère de la Défense et une société gérée par son frère, dont le nom n'apparaissait pas. Le marché s'élevait à 60 000 euros pour six ou sept sessions de « media training », mais une seule d'entre elles avait été réalisée.

Face aux « anomalies », Kader Arif avait été contraint de démissionner en 2014

Kader Arif, proche de François Hollande et ancien député socialiste, avait été contraint de démissionner le 21 novembre 2014. Le secrétaire d'État était déjà fragilisé par une enquête ouverte après un signalement, en [...] Lire la suite