Procès des policiers brûlés à Viry-Châtillon : un verdict qui suscite des tensions

Les tensions étaient vives samedi 18 avril. La cour d'assises des mineurs de Paris a livré son verdict au procès en appel qui jugeait plusieurs personnes dans le cadre de l'affaire des policiers brûlés à Viry-Châtillon (Essonne). Plusieurs d’entre eux avaient été visés par des jets de cocktails molotov sur leur voiture le 8 avril 2016, l’un d’eux avait failli mourir brûlé. Au final, cinq personnes ont été condamnées à des peines allant de 6 à 18 ans de prison, reconnus coupables de tentatives de meurtre sur personnes dépositaires de l'autorité publique. En revanche, huit personnes ont été acquittées. La colère des policiers À l’annonce du verdict, une bagarre a éclaté dans le box des accusés. Du côté des policiers, on ne digère pas cette décision. Leur avocat, Me Laurent-Franck Liénard, estime que c’est "insupportable". Pour ce qui est de l’avocate de la défense, Me Sarah Maugier-Poliak, elle déclare que cette enquête est "l’une des plus grosses erreurs judiciaires de ces dix dernières années". Elle dénonce des irrégularités et veut maintenant porter plainte contre les enquêteurs pour faux en écriture publique, puis saisir la police des polices.