Procès Mireille Knoll : "Reconnaître le caractère antisémite de l'affaire est essentiel"

·1 min de lecture

L'affaire avait provoqué indignation et émoi en France et à l'étranger. Le procès de deux hommes, accusés du meurtre à caractère antisémite de Mireille Knoll, une vieille dame juive tuée chez elle en 2018, s'est ouvert mardi à Paris. Invité d'Europe Matin jeudi, le président du Consistoire central - qui représente la communauté juive - Élie Korchia a estimé que la reconnaissance du caractère antisémite de cette affaire est "essentielle".

"En tant qu'avocat, je ne me positionne pas sur le fond de ce dossier que je ne connais pas. Mais à titre personnel et en tant que citoyen, il est évident que le caractère antisémite dans l'affaire de madame Knoll doit être reconnu", a-t-il jugé. "Trop longtemps nous avons eu du mal à reconnaître ce caractère antisémite tout comme dans d'autres dossiers par le passé. Donc ce que je voudrais aujourd'hui, c'est que nos victimes juives assassinées, tuées, que ce soit dans le cas d'attentats terroristes ou de crimes de droit commun basés sur des clichés, ne restent pas dans l'angle mort de notre conscience collective."

>> Plus d'informations à suivre


Retrouvez cet article sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles