Procès du meurtre de George Floyd: l'hommage de ses proches, agenouillés 8 minutes devant le tribunal

Jules Pecnard
·1 min de lecture
Des proches de George Floyd se sont agenouillés devant le tribunal où se déroule le procès de son meurtre - BFMTV / Capture d'écran
Des proches de George Floyd se sont agenouillés devant le tribunal où se déroule le procès de son meurtre - BFMTV / Capture d'écran

C'est un procès sous haute tension qui entame sa phase décisive ce lundi à Minneapolis, dans le Minnesota. Il s'agit de celui de Derek Chauvin, ce policier accusé d'avoir causé la mort par étouffement de l'Afro-Américain George Floyd, le 25 mai 2020. Une bavure policière qui a provoqué une vague de colère dans tout le pays.

Avocat de George Floyd, Ben Crump a qualifié le procès d'"historique" juste avant l'audience. Il y voit "un référendum sur le chemin parcouru par l'Amérique dans sa quête d'égalité et de justice pour tous". "Le monde entier nous regarde", a-t-il souligné avant de s'agenouiller avec des proches de la victime pendant 8 minutes et 46 secondes, le temps pendant lequel Derek Chauvin a fait pression sur le cou de quadragénaire.

"Pas de justice, pas de paix"

Chargé en émotion, le procès se déroule dans un tribunal entouré de hautes barricades censées tenir le public à distance. Après trois semaines consacrées à la sélection des jurés, l'accusation doit présenter son dossier contre Derek Chauvin, jugé pour meurtre et homicide involontaire.

Parmi les personnalités présentes, il y a les proches du défunt mais aussi des figures du mouvement des droits civiques comme le révérend Al Sharpton, qui s'est également agenouillé devant le tribunal pendant 8 minutes devant les nombreux téléobjectifs de la presse. Tout juste pouvait-on entendre la mitraille de déclics des appareils photos et quelques sirènes de véhicules circulant aux alentours.

À peine relevés, les hommes qui se sont agenouillés ont tous clamé, "No justice, no peace" ("Pas de justice, pas de paix"), ce slogan politique de protestation contre les violences ethniques, utilisé pour la première fois en 1986.

Article original publié sur BFMTV.com