Procès de Matata Ponyo en RDC: la compétence de la Cour de cassation remise en cause par la défense

L’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo, l'ancien ministre délégué aux Finances Patrice Ketebi et le responsable sud-africain de Africom rejettent la compétence de la Cour de cassation dans le procès du parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo. Une affaire où ils sont poursuivis pour détournement de plusieurs millions de dollars.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda Wa Kamanda

En novembre 2021, la Cour constitutionnelle s’était déclarée incompétente. Juste après la Cour de cassation a pris le relais, mais pour l’heure l’affaire a été reportée deux fois. La première, pour cause d’absence du principal accusé Matata Ponyo en voyage à l’étranger, la seconde pour permettre à la cour de trouver un interprète en anglais pour le Sud-Africain Cristo Grobler.

Cette fois-ci, les deux interprètes ont été invités à prêter serment devant les juges de la cour. S’en est suivi alors l’appel des accusés à la barre, tour à tour, Augustin Matata Ponyo, Patrice Kitebi Kibol et Cristo Grobler, suivis de leurs avocats.

Pour Me Kalume Beya, son client Christo Grobler ne peut être jugé que par une cour internationale : « Il se fait que lorsque l’État a signé cet accord avec Cristo Grobler, les sociétés sud-africaines ont désigné un juge. C’est un juge arbitral, c’est un arbitre international. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles