Procès Mélenchon: Mathieu Davy contre Goliath-Moretti

Astrid de Villaines
Maîtres Mathieu Davy et Eric Dupond-Moretti s'affrontent au procès de Jean-Luc Mélenchon.

DUEL - Onze contre six. Une équipe de foot contre une équipe de volley. Dans la salle du tribunal correctionnel de Bobigny où se déroule le procès de Jean-Luc Mélenchon et de cinq de ses proches pour “rébellion” et “actes d’intimidation” lors de la perquisition mouvementée au siège du parti en octobre 2018, le rapport de force est palpable.

Deux avocats s’affrontent. Maître Mathieu Davy, pour Jean-Luc Mélenchon. Inconnu du grand public, jeune et spécialiste du droit de la presse, il défend La France Insoumise depuis deux ans, notamment pour des cas de “diffamation” ou d’atteinte à la vie privée.

Du côté des parties civiles, Eric Dupont-Moretti, le pénaliste le plus connu de France, surnommé “Acquitator”, pour ses nombreuses victoires judiciaires. Fidèle à sa réputation, vendredi 20 septembre, lors de sa plaidoirie, il a sorti l’artillerie lourde.

 “On n’est pas au Vénézuela, ici!”

“De grâce, arrêtez votre cirque!”, s’est-il exclamé, pour dénoncer l’argumentaire de défense des six prévenus Insoumis qui dénoncent un “procès politique”. “On n’est pas au Venezuela ici. On est en France et quand on outrage un policier on est condamné.”.

Face à la presse, le ténor a dénoncé “la logique paranoïaque” de Jean-Luc Mélenchon. “On demandait qu’il se retourne devant les policiers et qu’il dise ‘voilà, on a déconné, excusez-moi’, mais non, il ne peut pas le faire ça, puisqu’il est le Lula français”. 

 

 

La veille, dès le début du procès, les deux parties s’étaient déjà longuement épiées puis affrontées. En attendant la sonnerie d’ouverture, Eric Dupond-Moretti, chemise bleu pétrole, pantalon rouge et baskets aux pieds, porte sa robe au bras, l’air faussement dilettante.

Face à lui, Mathieu Davy, l’avocat de Jean-Luc Mélenchon prend un air sérieux, concentré, beaucoup plus discret. En robe, il reste assis à sa place, se replongeant dans ses...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post