Procès de l'opposant russe Ilia Iachine: «Une affaire pour le faire taire»

AP - Dmitry Serebryakov

Le procès de l'opposant russe Ilia Iachine s'ouvre ce mercredi 23 novembre à Moscou. Ilia Iachine, 39 ans, est jugé pour « fausses informations sur l'armée russe ». L'audience doit se dérouler à huis clos. Entretien avec son avocat, Vadim Prokhorov.

Il est l’un des derniers grands opposants restés en Russie. Comme tous les autres, Ilia Iachine est aujourd’hui derrière les barreaux et n’a plus que les réseaux sociaux pour s’exprimer. Arrêté fin juin et condamné dans la foulée à une peine de quinze jours de prison pour « désobéissance à la police », il est poursuivi depuis mi-juillet pour « diffusion de fausses informations sur l'armée russe ». Son avocat, Vadim Prokhorov, est aussi celui de l’opposant Vladimir Kara-Mourza. Il avait auparavant défendu Boris Nemtsov, opposant assassiné le 27 février 2015.

RFI : Pourquoi cette première audience va-t-elle se dérouler à huis clos ?

En ce qui concerne spécifiquement Vladimir Kara-Mourza et Ilia Iachine, mes clients, leurs cas ont été officiellement reconnus depuis assez longtemps comme « politiques ». Ils ont eux-mêmes été reconnus comme prisonniers politiques par un certain nombre d'organisations de défense des droits de l'homme, en particulier Mémorial [ONG classée agent de l’étranger en décembre 2021, NDLR] et Amnesty International.

Que pouvez-vous nous dire des arguments que vous allez présenter devant le tribunal ?


Lire la suite sur RFI