Procès de l'attentat de Nice : débat autour de la diffusion ou non des images de l'attaque

Faut-il ou non diffuser les images de vidéosurveillance prises le soir de l'attentat de Nice ? C'est la question qui s'est posée ce mardi à la cour d'assise de Paris lors du deuxième jour de procès de cet attentat . Si le président Laurent Raviot n'a toujours pas tranché, il a tout de même ouvert la discussion. "Je n'ai pas de pudeur par rapport aux faits", a-t-il expliqué. Visage émacié, ton posé, Laurent Raviot appelle toutes les parties à se poser les bonnes questions compte tenu du caractère violent de ces vidéos.

>> LIRE AUSSIAttentat de Nice : ce que les Niçois attendent du procès

Le président interroge notamment l'intérêt d'une telle diffusion pour comprendre le déroulement de l'attentat et fixer les responsabilités de l'accusé. "Ça peut aider à un travail de réparation, mais il faut mesurer le prix à payer", a-t-il insisté. Plusieurs parties civiles ont pris la parole pour appuyer la diffusion du parcours meurtrier du terroriste avec son camion.

"Besoin de mettre des images sur leurs souvenirs"

"Libre à chacun de les voir ou de ne pas les voir. Pour certaines victimes, elles ont besoin de mettre des images sur leurs souvenirs. Et ces images vont permettre de voir l'horreur de ce soir-là. Elles vont renvoyer aux personnes qui sont dans leur box leurs propres actions", estime Anne-Marie qui a perdu sa fille Camille dans l'attentat .

L'enjeu majeur de ce procès consiste à confronter la cour et les accusés aux faits qui sont jugés, comme l'ont rappelé les avoc...


Lire la suite sur Europe1