Procès de l'attentat de Nice : après l'audience civile, une décision attendue le 26 mai

© Riccardo Milani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

La cour d'assises spéciale de Paris fera connaître le 26 mai sa décision sur la recevabilité des quelque 2.600 constitutions de parties civiles au procès de l'attentat de Nice, un sésame pour la reconnaissance du statut de victime. La cour présidée par Laurent Raviot a mis un terme définitif jeudi, après trois jours d'audience civile, à un procès qui avait commencé le 5 septembre.

L'audience civile s'était ouverte mardi

"L'audience est levée", a annoncé peu avant 14 heures Laurent Raviot après avoir pris soin de souhaiter "bon courage" aux deux condamnés présents à l'audience, Endri Elezi et Mohamed Ghraieb. "Merci à tous et bonne continuation", a-t-il conclu en s'adressant à l'ensemble des parties présentes.

 

>> LIRE AUSSI - Procès de l'attentat de Nice : les deux principaux condamnés font appel

Depuis mardi, une trentaine d'avocats de parties civiles se sont relayés à la barre pour demander à la cour de valider les demandes de constitutions de parties civiles de leurs clients. L'un des enjeux est d'ouvrir la voie à d'éventuelles indemnisations pour les préjudices subis. La reconnaissance du statut de partie civile est également hautement symbolique pour nombre de personnes, traumatisées par l'attentat et qui entendent être reconnues comme victimes. Le Parquet national antiterroriste (Pnat) conteste la recevabilité de 224 parties civiles et réclame des précisions ou des justificatifs concernant 369 autres.

Droit à être reconnues comme "victimes"

Même s'il a élargi la ...


Lire la suite sur Europe1