Procès du "groupe de Tarnac": le tribunal se rendra sur les lieux du sabotage

1 / 2

Procès du "groupe de Tarnac": le tribunal se rendra sur les lieux du sabotage

Le tribunal se rendra à Dhuisy, en Seine-et-Marne, où des caténaires de lignes SNCF avaient été sabotés il y a dix ans. C'est ce qui a été annoncé ce mardi, lors du premier jour du procès de huit militants du "groupe de Tarnac", accusés d'avoir été à l'origine de ces dégradations. 

Mis en cause il y a dix ans pour terrorisme, ils sont jugés seulement pour dégradation de ligne SNCF: au premier jour du procès des huit militants du "groupe de Tarnac", le tribunal a décidé de se rendre bientôt sur les lieux du sabotage. La défense, qui dénonce une instrumentalisation politique et les méthodes des services antiterroristes dans cette affaire retentissante, réclamait ce déplacement à Dhuisy, en Seine-et-Marne, une mesure exceptionnelle. Objectif: vérifier les éléments d'un procès verbal de police, que la défense considère comme un faux alors qu'il constitue une pièce centrale de l'accusation.

Le procès-verbal policier en question

Aujourd'hui, l'accusation repose pour l'essentiel sur le procès verbal de surveillance policière du couple Coupat-Lévy la nuit du sabotage à Dhuisy. La défense conteste la véracité du document qui serait, selon elle, truffé d'erreurs sur les horaires, les distances et sur la présence même de certains policiers sur place. "Vous ne pourrez vous forger une conviction qu'en vous rendant sur les lieux. Confronter les écrits des policiers à la réalité, c'est constater qu'ils ont menti", a plaidé maître Jérémie Assous, avocat de Julien Coupat, l'un des prévenus. Mais le procureur, Olivier Christen, s'est dit convaincu que ce déplacement "permettra de voir que les constatations effectuées par les policiers sont réelles".
    
Parmi les...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi