Procès de Georges Tron : le maire de Draveil condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme, pour viol et agressions sexuelles

Mercredi 17 février, Georges Tron a été incarcéré à sa sortie du tribunal. Après 11 heures de délibération, l'ex-secrétaire d'État et maire de Draveil (Essonne) a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme, pour viol et agressions sexuelles. Sur le banc des accusés, Brigitte Gruel, adjointe à la mairie au moment des faits, se tenait à ses côtés. Elle a écopé de deux ans de prison avec sursis. Six ans d'inéligibilité Ces condamnations sont une victoire pour Virginie Ettel, ex-employée de la mairie de Draveil. Elle s'est battue pendant dix ans pour faire reconnaître son statut de victime. "Je voulais juste qu'on me dise : on vous croit. Vous êtes victime, ils sont coupables. Quand j'ai entendu que tout avait été reconnu en ce qui me concerne, ça a été un soulagement. Je me suis effondrée", confie Virginie Ettel. Georges Tron a, en revanche, été acquitté des faits reprochés par Eva Loubrieu, une autre employée qui l'accusait aussi. Le maire de Draveil, acquitté en première instance, n'a pas encore indiqué s'il souhaitait se pourvoir en cassation. Il est également condamné à une peine de six ans d'inéligibilité.