Procès Fortin : « Je n’ai rien à dire »… Le « tueur de DRH » se retire au premier jour d’audience en appel

volte-face - Condamné en juin 2023 à la réclusion criminelle à perpétuité, Gabriel Fortin a refusé ce lundi de comparaître en appel

« Je ne souhaite pas assister aux débats »… Considérant qu’il n’avait « rien à dire », Gabriel Fortin a demandé lundi, au premier jour de son procès en appel devant la cour d’assises de l’Isère, de ne pas comparaître. Celui que l’on surnomme le « tueur de DHR » a refusé de s’exprimer sur les faits qui lui sont reprochés, laissant les parties civiles dans le désarroi.

Vêtu de noir, crâne rasé et léger embonpoint, l’accusé, dont la présence était incertaine, a finalement fait son entrée peu après 14 heures dans le box vitré. Il doit être jugé jusqu’au 29 mai pour trois assassinats et une tentative d’assassinat au terme d’un parcours sanglant l’ayant mené en Alsace, dans la Drôme et en Ardèche. Mais il n’est resté qu’une heure et demie à peine dans la salle d’audience.

Le tirage au sort des jurés tout juste terminé, Gabriel Fortin a soudainement demandé la parole pour déclarer qu’il ne souhaite « ni assister aux débats », ni « venir dans cette enceinte ». « Je souhaite quitter le bâtiment et ne pas revenir dans les prochains jours », appuie-t-il.

« C’est trop facile de se tenir caché comme un lâche »

Pour Jean-Luc Pasquion, veuf de l’une des victimes, si l’accusé se retire, c’est qu’il est « lâche » et n’ose pas « affronter ses vic(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Affaire Fortin : Les sœurs d’une des victimes du « tueur de DRH » portent plainte contre Pôle emploi
Procès Fortin : « On attend une peine exemplaire », clame la famille de l’une des victimes du « tueur de DRH »
Affaire Fortin : Le « tueur de DRH » sera de nouveau jugé en appel à Grenoble en mai prochain