Le procès du féminicide de Julie Douib s’est ouvert à Bastia

·1 min de lecture
Julie Douib, mère de deux enfants, a été tuée par son ex-compagnon en Corse, en mars 2019.
Julie Douib, mère de deux enfants, a été tuée par son ex-compagnon en Corse, en mars 2019.

Ce féminicide avait entraîné une vaste mobilisation contre les violences faites aux femmes en France. Le procès de l'ex-compagnon de Julie Douib, assassinée à L'Île-Rousse, en Corse, en mars 2019, s'est ouvert à Bastia ce jeudi 10 juin. « Ce qu'il a fait vivre à Julie Douib, il l'avait déjà fait vivre à Saveria », assure devant la cour d'assises la directrice d'enquête, évoquant une précédente compagne de l'accusé, Bruno Garcia-Cruciani, 44 ans, crâne rasé, vêtu d'un jean bleu, d'un tee-shirt et d'un masque noirs. Jugé jusqu'au 16 juin, il comparaît pour assassinat et encourt la réclusion à perpétuité pour le meurtre de Julie Douib, avec qui il avait eu deux fils.

Plusieurs témoins manquaient à l'ouverture de son procès, dont Saveria, sa compagne avant Julie Douib, qui a transmis des certificats médicaux faisant état « d'un état psychologique fragile » et a indiqué « craindre des représailles ». À la barre, la directrice d'enquête a néanmoins relaté les violences subies par la jeune femme, « complètement terrorisée » lors de son audition en 2019 alors que leur séparation remonte à 2005.

« Grenelle » des violences faites aux femmes

Pour l'enquêtrice, le mobile du meurtre de Julie Douib ? qui avait déposé plusieurs plaintes et mains courantes contre son ex-compagnon ? « est lié à une rupture mal digérée et à une liaison secrète (de la victime) avec un prof de sport ».

Trentième féminicide sur les 146 dénombrés en 2019, le crime avait suscité des questionnements [...] Lire la suite