Procès de Dino Scala : «Il m'a bousillé ma vie», témoigne une victime de 75 ans

© Benoit PEYRUCQ / AFP

"Il m'a bousillé ma vie" : une première victime, âgée de 75 ans, a témoigné mercredi au procès de Dino Scala pour viols et agressions sexuelles, avant de quitter la salle en larmes, éprouvée par les questions de la cour et de la défense. Ce jour d'octobre 1991, âgée de 45 ans, "je travaillais dans les écoles primaires, à Maubeuge. On commençait vers 6 heures du matin", débute, d'une voix tremblante, cette petite femme fluette aux cheveux blancs, appuyée sur une canne devant la Cour d'assises de Douai.

"J'adressais même plus la parole à mes enfants"

"J'attendais ma collègue de travail (...) Je me suis fait agresser par un homme, qui m'a attrapée par le bras et m'a emmenée dans un local poubelle", explique-t-elle. "Il m'a plaquée contre le mur, il m'a attrapée par la gorge, il m'a griffé le visage. J'ai crié 'au secours, ne me tuez pas, j'ai des enfants'", s'étrangle-t-elle. L'homme "a essayé de passer sa main dans mon jean, mais il n'a pas réussi. J'avais peur, j'étais terrorisée". Elle ne se souvient plus pourquoi il a finalement renoncé, "les années ont passé" s'excuse-t-elle presque.

Puis elle craque, en larmes : "il m'a bousillé ma vie, avec mon mari et mes enfants". "J'adressais même plus la parole à mes enfants", "je ne voulais pas le dire". "Mon mari, il essayait de me réconforter, et je ne voulais même plus qu'il me touche". Elle regrette qu'on ne lui ait proposé ni suivi psychologique, ni gynécologique, "on m'a envoyé au docteur c'est tout".

>> LIRE AUSSIProcè...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles