Procès d'Harvey Weinstein : la procureure appelle les jurés à croire les femmes et à condamner l'ancien magnat d'Hollywood

franceinfo avec AFP

"Est-ce qu'en prenant l'avion, on doit s'attendre à ce qu'il soit détourné ? Nous percevons les victimes de crimes sexuels différemment [des victimes] d'autres crimes", a martelé Joan Illuzzi-Orbon lors de son réquisitoire final, vendredi.

Elles n'ont, à ses yeux, "aucune raison de mentir". Au dernier jour du procès d'Harvey Weinstein à New York, vendredi 14 février, l'accusation a appelé les jurés à croire les plaignantes et à déclarer le producteur déchu coupable. Le producteur de cinéma se considérait "comme un maître de l'univers, et les femmes qui ont témoigné (contre lui) n'étaient que des fourmis qu'il pouvait piétiner sans conséquences", a déclaré la procureure Joan Illuzzi-Orbon dans son réquisitoire final, après trois semaines d'audiences au tribunal de Manhattan.

Le producteur de 67 ans – qui risque la perpétuité en cas de condamnation par les jurés, qui délibéreront dès mardi – pensait avoir une "police d'assurance infaillible" car les femmes qui ont témoigné au procès "faisaient la queue pour entrer dans son univers", a-t-elle ajouté. La procureure a ensuite rejeté l'idée selon laquelle ces femmes mentiraient.

Pourquoi se soumettre à tout ce stress ? Ont-elles semblé heureuses d'être au prétoire ? (...) Elles ont sacrifié leur dignité, leur intimité, leur quiétude dans l'espoir de faire entendre leur voix.

Joan Illuzzi-Orbon, procureure, lors du réquisitoire final au procès d'Harvey Weinstein

Joan Illuzzi-Orbon a aussi voulu dissiper les doutes distillés par l'avocate de la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi