Procès d'Harvey Weinstein : pour contrer la défense, une psychiatre vient déconstruire les mythes autour du viol

Valentine Pasquesoone

Son expertise était très attendue au 15e étage de la Cour suprême de New York. "Nous appelons à la barre la docteure Barbara Ziv." Les cheveux au carré, une veste noire cintrée, Barbara Ziv prend place dans la salle d'audience et jure de dire "toute la vérité, rien que la vérité". Sur le grand écran derrière elle apparaît une présentation intitulée "Les mythes sur le viol".

Au lendemain du terrible témoignage d'Annabella Sciorra, l'une des femmes accusant Harvey Weinstein de l'avoir violée, l'accusation a fait intervenir pendant plus de deux heures cette psychiatre médico-légale au procès du producteur déchu. Barbara Ziv, spécialiste des violences sexuelles et des traumatismes qu'elles engendrent, a démonté un par un les clichés les plus communs sur le viol et les agressions sexuelles, apportant un solide contrepoids aux arguments avancés par la défense.

Les viols sont rarement commis par des inconnus

L'enseignante de l'université de Temple, en Pennsylvanie, compte "plus de 1 000" évaluations de victimes et auteurs de violences sexuelles à son actif. Barbara Ziv connaît bien l'exercice auquel elle se prête, face à Harvey Weinstein. En 2018, la psychiatre avait apporté son savoir au procès de l'ancienne star de la télévision américaine Bill Cosby, jugé (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi