Procès en destitution : les démocrates accusent Donald Trump d'être l"incitateur-en-chef" de l'assaut du Capitole

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Une violence inouïe libérée par l'"incitateur-en-chef" : les procureurs démocrates au procès en destitution de Donald Trump ont accusé mercredi 10 février l'ex-président d'avoir nourri pendant des mois la colère de ses partisans jusqu'à ce qu'elle explose, au Capitole le 6 janvier.

Au deuxième jour de ce procès historique, ces procureurs se sont attachés à replacer l'attaque contre le Capitole dans le contexte de la croisade post-électorale menée par Donald Trump pour contester la victoire de son rival Joe Biden à la présidentielle. Leur assaut sur le siège du Congrès, qui vaut au milliardaire d'être jugé au Sénat pour "incitation à l'insurrection", n'est pas survenu "dans le vide", selon eux : "La hargne de la foule a été attisée pendant des mois par Donald Trump", a lancé Joaquin Castro, l'un des élus chargés de porter l'accusation.

L'ancien magnat de l'immobilier, qui passe sa retraite en Floride, a refusé de témoigner devant les sénateurs. Mais sa voix n'a cessé de retentir dans l'hémicycle de la chambre haute du Congrès, où l'accusation a projeté de nombreux extraits de ses discours enflammés, reproduit ses tweets incendiaires, cité ses propos les plus polémiques.

Des audiences retransmises en direct dans tous les Etats-Unis

Les faits montrent que "le président Trump n'a pas été le témoin innocent d'un accident", comme ses avocats le suggèrent, mais qu'il "a abandonné son rôle de commandant-en-chef pour devenir l'incitateur-en-chef d'une dangereuse insurrection", a (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi