Procès d'Alexandre Benalla : l'épisode de la Contrescarpe au révélateur des images

·1 min de lecture

"Je n’ai fait que mon devoir de citoyen" : c'est ainsi que s'est plusieurs fois défendu, à son procès, Alexandre Benalla, poursuivi pour violences et immixtion sans titre dans l’exercice d’une mission publique pour l'affaire de la Contrescarpe, le 1er mai 2018. Vendredi, pour la première fois, l'ancien collaborateur de l'Élysée a été confronté au jeune couple qu'il a appréhendé il y a près de trois ans et demi, en marge des manifestations qui avaient lieu ce jour-là. Et face à lui, Georgios Delikaris, l'un de ces deux jeunes adultes, a maintenu ses accusations.

"Ça m'a coupé le souffle"

L’ex-chargé de mission de l'Élysée a bien frappé ce jeune homme au visage et au thorax sur la place du 5e arrondissement de Paris. "Ça m’a coupé le souffle", confie-t-il. "J’ai commencé à vomir et j’ai eu peur."

Mais c’est surtout aux images qu’Alexandre Benalla a été confronté ce vendredi. Quatre vidéos avec différents angles pour décortiquer chacun de ses gestes sur Georgios Delikaris. Premier arrêt sur image : "C’est quoi, ça, comme technique ?", demande le juge. "Je l’agrippe par le coude gauche", explique Alexandre Benalla, "et je le retiens au niveau du menton". "Si on ne connaît pas, on peut croire à un étranglement", estime le magistrat. "C’est juste une clé de contrôle", assure le prévenu, "car monsieur était très nerveux et alcoolisé".

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

"Si j’avais voulu frapper, il y aurait eu des traces"

À un m...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles