Procès Bygmalion : Jean-François Copé appelé à la barre comme témoin

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Le maire de Meaux a été appelé à la barre par Franck Attal, qui était directeur général adjoint de la société Event & Cie, une filiale de Bygmalion, pendant la campagne de 2012. 
Le maire de Meaux a été appelé à la barre par Franck Attal, qui était directeur général adjoint de la société Event & Cie, une filiale de Bygmalion, pendant la campagne de 2012.

Rebondissement dans l'affaire Bygmalion. Alors que le procès concernant les infractions liées aux comptes de campagne de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle de 2012 doit s'ouvrir le 17 mars, nos confrères de France Info révèlent, jeudi 11 mars, que Jean-François Copé va devoir y témoigner. S'il a bénéficié d'un non-lieu en février 2016 dans cette affaire, le maire de Meaux a été appelé à la barre par Franck Attal, qui était directeur général adjoint de la société Event & Cie, une filiale de Bygmalion, pendant la campagne de 2012.

« Je fais appeler Copé à la barre car j'ai besoin de comprendre comment un président de parti peut ne pas être au courant d'un montage de ce niveau-là », a fait valoir celui qui était en charge de l'organisation d'une grande partie des meetings de Nicolas Sarkozy en 2012. Lui-même est accusé de « faux et usage de faux », « complicité de financement illégal de compagne électorale » et « complicité d'escroquerie ».

« Mettre en exergue publiquement l'absurdité de ses réponses »

« Je suis extrêmement surpris que Jean-François Copé ne soit pas renvoyé devant le tribunal », a poursuivi Franck Attal, qui ne s'« attend pas à ce qu'il change de version » mais veut « juste mettre en exergue publiquement l'absurdité de ses réponses ». Et de conclure : « Compte tenu de sa fonction de l'époque, de sa relation avec son directeur de cabinet Jérôme Lavrilleux, et de sa proximité avec mon patron de l'époque Bastien Millot [dirigeant de Bygmali [...] Lire la suite