Procès de Brétigny sur Orge : pourquoi la SNCF ne se considère pas responsable pénalement

·1 min de lecture
© AFP

Au deuxième jour du procès de la catastrophe de Brétigny sur Orge , les deux prévenus se sont tour à tour tournés vers les bancs des parties civiles pour leur adresser des mots de compassion, "sincères", promet le représentant de l’entité SNCF Réseau. "On ne peut pas oublier que ce jour-là, l’impensable s’est produit" dit-il solennellement. Il l’assure : la catastrophe a été un "choc" dans l’entrepris, "un traumatisme énorme infligé à toutes les victimes et à la nation, qui restera dans nos mémoires", abonde son collègue.

 

>> Retrouvez Europe soir en replay et en podcast ici

Les experts des deux camps s'affronteront la semaine prochaine

Des "pensées", donc, mais pas d’excuses, puisque la SNCF considère qu’elle n'est pas responsable pénalement. D'ailleurs, l’un des prévenus prévient les victimes : "Tout au long du procès, je vais contester les fautes qui sont reprochées à SNCF Réseau". Dans la salle, des parties civiles font non de la tête, avec un mouchoir à la main.

 

>> LIRE AUSSI - À Brétigny-sur-Orge, les habitants sont encore marqués par la catastrophe ferroviaire

Pour l’entreprise, c’est la qualité de l’acier qui a fait défaut et causé l’accident. Pour les experts mandatés par la justice, c'est la maintenance qui n’a pas été faite correctement au fil du temps. Deux thèses défendues par différents experts, ils s’affronteront à la barre dès la semaine prochaine.


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles