Procès de Benjamin Mendy : « Je ne suis pas Brad Pitt », l'étonnante défense de l'ancien tricolore

© AFP

Visé par sept accusations de viol, le joueur de football Benjamin Mendy a pris pour la première fois la parole pour se défendre lundi lors de son procès au Royaume-Uni. Ce dernier a nié les relations non consenties qui lui sont reprochées et a assuré que les femmes "venaient à lui". Il risque la prison à perpétuité.

Âgé de 28 ans, le défenseur français, suspendu depuis plus d'un an par Manchester City, est jugé depuis début août à Chester, dans le nord de l'Angleterre, où il est accusé de sept viols, d'une tentative de viol et d'une agression sexuelle.

Les faits se seraient déroulés entre octobre 2018 et août 2021 à son domicile de Prestbury, dans le Cheshire. Il risque la prison à perpétuité.

>> LIRE AUSSI - Premier jour du procès de Benjamin Mendy : le footballeur plaide encore non coupable

La défense s'exprime

Les premiers mois de ce long procès ont été consacrés à l'accusation qui a présenté Benjamin Mendy comme un "prédateur" ayant abusé de victimes "vulnérables, terrifiées et isolées".

Depuis lundi, c'est désormais à la défense de s'exprimer. Benjamin Mendy, costume bleu marine et chemise blanche, a ainsi pour la première fois pris la parole pour se défendre, répondant aux questions de son avocate.

Il a affirmé que grâce à son statut de joueur de foot, les femmes "venaient à lui".

>> LIRE ÉGALEMENT - Procès de Benjamin Mendy : une victime présumée affirme qu'il a essayé d'obtenir son silence

"Je ne suis pas Brad Pitt"

S'il a dit "aimer coucher avec de nombreuses femmes", il a nié des relations sexuelles non consenties, estimant que "si elles (les femmes) voulaient avoir des rapports sexuels et moi aussi, tout allait bien", avant de poursuivre : "Je ne suis pas Brad Pitt."

Mais si une femme avait dit "non", Benjamin Mendy a affirmé qu'il "l'aurait accepté et aurait arrêt...

Lire la suite sur Europe 1

VIDÉO - Procès de Benjamin Mendy : "Elle avait ses règles", ses déclarations pour prouver son innocence...