Procès Benalla : 18 mois avec sursis requis contre l'ex-chargé de mission de l'Elysée

·2 min de lecture

 Dix-huit mois d'emprisonnement avec sursis ont été requis à l'encontre d'Alexandre Benalla, en particulier pour les violences commises lors de la manifestation du 1er mai 2018 à Paris.

"Pour que l'affaire Benalla s'efface devant un jugement": l'accusation a requis jeudi soir 18 mois d'emprisonnement avec sursis à l'encontre de l'ancien chargé de mission de l'Elysée, en particulier pour les violences commises lors de la manifestation du 1er mai 2018 à Paris.

"C'est une affaire qui a fait couler beaucoup d'encre et inspiré beaucoup de commentaires". Plus de trois ans après la tempête politique qui avait secoué le pouvoir d'Emmanuel Macron, le procureur se lève en milieu d'après-midi. Dans un dossier "déjà jugé par le tribunal de l’opinion" où "les prévenus sont coupables", "marqués au fer rouge des réseaux sociaux et de la médiatisation", le magistrat en appelle à la "souveraineté du tribunal", en entamant un réquisitoire de près de quatre heures.

"Chronique d'une sortie de route annoncée"

Alexandre Benalla est un "Janus", décrit-t-il. D'un côté, "ce professionnel reconnu et compétent", de l'autre, "un jeune de 26 ans à l'ascension fulgurante", "sans filtre, qui sera rattrapé par son tempérament". Un "Icare" qui s'est "brûlé les ailes" en "repoussant les limites de ce qui est autorisé".

Lire aussi :Au procès Benalla, la vie après l'Elysée de l'ex-chargé de mission

Et le 1er mai 2018 était "un peu la chronique d'une sortie de route annoncée" pour celui qui était alors adjoint au directeur de cabinet de l'Elysée et pour l'employé d'En Marche! Vincent Crase, qui l'a accompagné au pied levé pour assister au défilé, estime Yves Badorc. Ce jour-là, ils ont "agi avec des policiers, comme des policiers et parfois à la place des policiers", alors qu'ils n'étaient que des observateurs, souligne la magistrat. "C'est l'Etat, la puissance publique, dont l'émanation est la police, qui détient l'usage de la force",(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles