Procès Balkany : rejet de la requête en récusation du président du tribunal

Le procès entrera lundi dans sa deuxième phase, dédiée aux accusations de blanchiment et de corruption

Éric Dupond-Moretti, l’avocat de Patrick Balkany, lui avait demandé dans un premier temps de se faire remplacer.


Benjamin Blanchet continuera de présider le procès du couple Balkany. Les avocats de ce dernier avaient déposé une requête en récusation à son encontre, dès le premier jour du procès, le jugeant « partial ». Celle-ci a été refusée par la présidente de la cour d’appel de Paris.

Éric Dupond-Moretti, un des avocats de Patrick Balkany avait commencé par demander directement à Benjamin Blanchet, président de la 32e chambre correctionnelle, de se retirer. Ce que ce dernier avait refusé. C’est à ce moment-là que les avocats de la défense ont déposé une requête en récusation.

Les avocats de Patrick Balkany estimaient notamment que le président Blanchet a de facto instauré une « peine plancher » pour le délit de fraude fiscale impliquant un élu, puisqu’il avait refusé, en septembre 2017, d’homologuer la peine de huit mois de prison avec sursis et 200 000 euros d’amende acceptée par le député Bernard Brochand dans le cadre d’une procédure de plaider-coupable.

LIRE AUSSI > Procès Balkany : «Je n’ai jamais vu autant de billets de ma vie»

Il lui était également reproché d’avoir exprimé à la télévision ses opinions sur les délits commis par des hommes politiques, dans le cadre de fonctions syndicales. Des arguments que la cour d’appel a balayés.

Patrick Balkany a été condamné à une amende civile, procédure automatique en cas de rejet d’une demande de récusation, de 400 euros. Son procès se poursuivra la semaine prochaine, et se penchera spécifiquement sur les accusations de blanchiment et corruption.



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Autriche : le chef de l’extrême droite compromis par une caméra cachée
L’opération Polka démantèle le trafic de pièces détachées de véhicules utilitaires
Fusillades à Nantes : un quatrième suspect mis en examen
Fille d’un convoyeur de fonds enlevée : deux mises en examen
Anesthésiste de Besançon : «Si c’était Monsieur Tout-le-Monde, il serait déjà en détention»