Procès des attentats de janvier 2015: Peter Cherif se mure dans le silence

·1 min de lecture

Le commanditaire supposé de l'attaque contre Charlie Hebdo a fini par témoigner vendredi 23 octobre au procès des attentats de janvier 2015 devant la cour d'assises spéciale. Emmené de force dans la salle de visioconférence de la prison de Fresnes, le vétéran d’al-Qaïda, arrêté à Djibouti en décembre 2018 alors que l'instruction était close, était entendu comme simple témoin et a refusé de s'expliquer malgré tout.

Avec notre envoyée spéciale au palais de justice de Paris, Marine de la Moissonnière

Peter Cherif commence par prendre la parole en arabe, puis il poursuit en français ses bénédictions et son discours prosélyte. « Je n'appelle pas au crime, mais j'appelle tous les hommes à ouvrir les yeux sur la réalité de Dieu », déclare-t-il.

Le cadre d'al-Qaïda finit par affirmer qu'il n'a rien à voir avec les attentats de janvier 2015, puis se mure dans le silence.

Il se met alors à lire ce qui ressemble à un Coran, pendant que le président et des avocats tentent de lui poser des questions. Le jihadiste ne dira rien de plus : rien sur ses liens avec les frères Kouachi, des amis d'enfance ; rien sur leur mentor commun Faryd Benyettou et la filière jihadiste des Buttes-Chaumont ; rien non plus sur sa rencontre probable avec Chérif Kouachi au Yémen, à l'été 2011. L'audition aura duré une vingtaine de minutes et n'aura pas servi à grande chose.

Mis en examen dans un volet disjoint de l'enquête sur les attentats de janvier 2015, Peter Cherif pourrait avoir à nouveau à rendre des comptes à la justice. L'instruction est pour l'instant toujours en cours.