Procès des attentats du 13-Novembre: un rescapé du Bataclan dit ne rien "attendre de Salah Abdeslam"

·1 min de lecture
Bruno Poncet sur notre plateau ce jeudi. - BFMTV
Bruno Poncet sur notre plateau ce jeudi. - BFMTV

À six jours de l'ouverture du procès des attentats du 13-Novembre, Bruno Poncet, un rescapé du Bataclan, confie à BFMTV "ne rien attendre de Salah Abdeslam", le principal accusé et unique membre vivant du commando des attaques à Paris et à Saint-Denis, qui ont fait 131 morts et des centaines de blessés.

"Je n'attends rien de Salah Abdeslam", a déclaré Bruno Poncet ce jeudi soir sur le plateau du 22H Max de BFMTV. "Déjà on l'a vu lors du procès en Belgique (où il n'avait pas pris la parole, ndlr)... Ils attendent quoi de quelqu'un qui a fait quelque chose comme ça? Vous attendez quoi de quelqu'un qui a emmené son frère se faire sauter dans un café? Tout ça pour moi, est irrationnel".

"On touche à l'inhumain"

"C'est inhumain, on touche à l'inhumain. Donc moi je n'attends rien de lui", a répété Bruno Poncet, avant de confier sa nervosité à l'idée de devoir témoigner devant le terroriste.

"On nous a donné accès à la salle du procès, et j'ai été rassuré parce que j'ai appris (où serait) la barre où nous serons pour témoigner, à aucun moment on ne pourra le voir", raconte-t-il. "Car vous êtes en train de témoigner, de raconter ce que vous avez vécu et qui est quand même dans le domaine de l'effroyable... Si vous avez quelqu'un qui rigole, on ne sait pas quelles peuvent être ses réactions. Moi c'était ça un peu ma peur... Et là, je ne le verrai pas. Donc il peut faire n'importe quoi, je m'en fous... Mais voilà moi, je n'attends rien de lui, qui peut attendre quelque chose de lui?"

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles