Procès des attentats du 13-Novembre : la perpétuité requise contre plusieurs accusés, dont Abdeslam et Abrini

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Au terme d'un réquisitoire de trois jours, les trois procureurs de la République en charge du dossier des attentats du 13-Novembre ont requis notamment la perpétuité à l'encontre de Salah Abdeslam.

Un réquisitoire qui aura duré trois jours, et des peines requises allant de 5 ans de prison à la perpétuité à l'encontre des accusés. La réclusion à perpétuité a été requise dans le cas de 9 accusés, dont Salah Abdeslam - avec une période de sûreté incompressible - et Mohamed Abrini - 22 ans de sûreté -, "ceux qui ont fait partie du convoi de la mort".

La période de sûreté est la période durant laquelle ils ne pourront pas faire de demande d'aménagement de peine. Cela ne sera donc pas possible dans le cas d'Abdeslam.

"Malgré ses paroles, malgré ses larmes, il est resté fidèle à son idéologie et incapable de formuler un remord. [...] Au regard de l'immense gravité des faits qui lui sont reprochés, car nous ne pouvons pas savoir de quel côté il basculera, nous vous demandons de prononcer une période de sûreté incompressible", a estimé la procureure Camille Hennetier.

La perpétuité requise pour Krayem et Ayari

Ossama Krayem et Sofien Ayari voient la même peine requise à leur encontre, cependant avec une période de sûreté de 30 ans et une interdiction définitive d'entrer sur le territoire français. Ils sont, décrit la représentante de l'accusation, "des membres à part entière des commandos du 13-Novembre". D'après elle, le silence qu'ils ont tenu à garder pendant toute la durée du procès montre "un profond mépris pour [la] cour et les victimes".

Le parquet a requis la perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans contre les frères Clain, absents de leur procès et présumés morts. La réclusion à perpétuité est également requise à l'encontre de Mohamed Bakkali, décrit comme un "logisticien omniprésent", "cheville ouvrière de la cellule", avec une période de sûreté de 22 ans.

"Le crime est d’une telle gravité que la sanction ne peut qu’être en adéquation avec cette gravité, à la hauteur des souffrances physiques et psychiques", a prononcé Camille Hennetier, avocate générale.

Cinq à huit ans de prison requis à l'encontre des convoyeurs

Cinq ans de prison sont requis à l'encontre de Ali Oulkadi, sans mandat de dépôt, tandis que ce sont 6 ans de réclusion qui sont demandés pour Hamza Attou et Abdellah Chouaa, avec mandat de dépôt pour les deux. Les procureurs estiment que ces trois derniers avaient "toutes les cartes en main" pour refuser de s'impliquer.

Dans le cas de Mohamed Amri, les procureurs ont requis 8 ans de prison à son encontre. À l'encontre de Farid Kharkhach, une peine de 6 ans d’emprisonnement est requise. Il est renvoyé pour participation à une association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Neuf ans requis à l'encontre de Yassine Atar

Neuf ans de réclusion criminelle assortis d'une peine de sûreté des deux tiers ont ensuite été demandés à l'encontre de Yassine Atar, le frère du commanditaire des attentats, Oussama Atar. Pour les procureurs, il n'est pas la "victime d'un système judiciaire aveuglé par son patronyme".

Pour Ali El Haddad Asufi, qui a, selon eux, constitué une aide décisive pour les frères El Bakraoui afin d'organiser le départ en Syrie, ils demandent 16 ans de réclusion criminelle assortis également d'une peine de sûreté des deux tiers avec l'interdiction définitive d'entrer sur le territoire français.

À l'encontre de Muhammad Usman et Adel Haddadi, 20 ans de prison sont requis, assortis également d'une peine de sûreté des deux tiers. C'est la peine maximale qu'ils encouraient, soupçonnés d'avoir voulu participer aux attentats avant d'être interpellés en Grèce. Ahmed Damani a pour sa part vu 30 ans de réclusion requis à son encontre.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Procès du 13-novembre: Abdeslam demande pardon

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles