Procès Assange: les États-Unis ont "déchiré notre famille" affirme sa fiancée

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

SHOTLIST LONDRES, ROYAUME-UNI1 OCTOBRE 2020SOURCE : AFPTV 1. SONORE 1 - Stella Morris, fiancée de Julian Assange (femme, anglais, 43 sec) : "Au cours des quatre dernières semaines, la véritable nature de ces poursuites a été mise en lumière. Julian a été puni pour avoir accompli un service public dont nous bénéficions tous. Il est en prison parce qu'il vous a informé de crimes et d'atrocités réels commis par une puissance étrangère. Cette puissance étrangère lui a arraché sa liberté et a déchiré notre famille. Cette puissance veut le mettre au secret dans le trou le plus profond et le plus sombre de son système carcéral pour le reste de sa vie." "Over the past four weeks the true nature of this prosecution has come to light. Julian has been punished for performing a public service that we all benefit from. He is in prison because he informed you of actual crimes and atrocities being committed by a foreign power. That foreign power has ripped away his freedom and has torn our family apart. That power wants to put him in incommunicado detention in the deepest, darkest hole of its prison system for the rest of his life." ///-----------------------------------------------------------DEPECHE DE CONTEXTE: LEADExtradition d'Assange: décision attendue le 4 janvier =(Photo+Video+Live Video)= Londres, 1 oct 2020 (AFP) - La justice britannique rendra le 4 janvier sa décision sur la demande d'extradition de Julian Assange, réclamé par les Etats-Unis qui veulent le juger pour la diffusion de centaines de milliers de documents confidentiels, a annoncé jeudi la juge en charge du dossier.En attendant cette décision, le fondateur de WikiLeaks restera emprisonné, a précisé Vanessa Baraitser à l'issue de près de quatre semaines d'audiences à la cour criminelle de l'Old Bailey, à Londres.La justice américaine veut juger l'Australien de 49 ans notamment pour espionnage. Il risque 175 ans de prison pour avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.Julian Assange avait été arrêté en avril 2019 après sept ans derrière les murs de la représentation diplomatique équatorienne, où il s'était réfugié après avoir enfreint les conditions de sa liberté sous caution, craignant une extradition vers les États-Unis, qui lui reprochent d'avoir mis en danger des sources des services américains.Il revient à la justice britannique de déterminer si la demande américaine d'extradition qui lui est soumise respecte un certain nombre de critères légaux, et notamment si elle n'est pas disproportionnée ou incompatible avec les droits de l'Homme.gmo/pau/avz

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles