Procès en appel d'une mère condamnée pour infanticide

En novembre 2011, la cour d'assises des Hauts-de-Seine avait condamné Marion Imhoff, une mère de famille de 38 ans, à vingt ans de prison pour avoir tué ses deux enfants alors àgés de 4 et 8 ans à l'époque des faits, en 2009. Après le verdict, elle avait annoncé qu'elle ferait appel. Son procès a débuté mardi devant la cour d'assises d'appel des Yvelines. Le verdict est attendu vendredi.

Hier, à l'ouverture du procès, Marion Imhoff a déclaré qu'elle avait fait appel " parce qu'elle aimait [ses] enfants et qu'elle n'avait jamais voulu ce qui est arrivé ", rapporte le site du " Figaro ". Et de poursuivre : " Je savais que j'allais prendre le reste des médicaments mais j'avais peur de mourir avant eux ".Un verre d'eau rempli d'antidépresseursDans la nuit du 4 au 5 mai 2009, dans l'appartement familial du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), la mère de famille avait réveillé son fils de 8 ans et sa fille de 4 ans pour leur faire boire un verre d'eau rempli de comprimés antidépresseurs, suivi d'un verre de jus de fruit pour dissimuler le goût, explique le site du quotidien. Quelques heures plus tard, alors que ses enfants respiraient encore, elle avait décidé de les étouffer avec un oreiller. Elle avait enfin tenté de se suicider en absorbant à son tour des médicaments mais les secours avaient réussi à la réanimer." Emporter avec elle ses biens les plus chers "" Le Figaro.fr " ajoute qu'à cette époque, Marion Imhoff avait été licenciée et forcée par son mari à avorter. Ce dernier l'avait ensuite quittée. " Cette accumulation a abouti à un pétage de plombs aigu ", a estimé l'avocate de la jeune femme, Me Janine Bonaggiunta, avant l'audience. Et d'ajouter : " Son acte est un geste d'amour pour emporter avec elle ses biens les plus chers ". L'avocate estime par ailleurs que le discernement de sa cliente était (...) Lire la suite sur elle.fr

Une mère infanticide se suicide dans sa cellule
Corse : condamnée à 25 ans de prison pour infanticide
10 ans de prison pour une mère infanticide
>> Voir toutes les news Societe sur le site Elle.fr

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.