Procès du 28-Septembre en Guinée: «Toumba» face aux avocats de la défense

© Matthias Raynal / RFI

Ce lundi 31 octobre marque la 12ème journée d'audience dans le procès du massacre du stade de Conakry en septembre 2009. L'affaire est jugée en Guinée depuis le 28 septembre dernier. La répression d'un meeting de l'opposition avait fait plus de 150 morts. Une centaine de femmes au moins avaient été violées. Depuis deux semaines maintenant, c'est Aboubacar Sidiki Diakité, dit « Toumba », qui comparaît. Il faisait face aujourd'hui aux avocats de la défense.

Une défense plus divisée que jamais, alors que le pacte de non-agression, conclu par les avocats au début de ce procès, n'a pas résisté au passage de « Toumba » à la barre, rapporte notre correspondant à Conakry, Matthias Raynal.

L'ancien aide de camp du chef de la junte a désigné Moussa Dadis Camara comme le donneur d'ordres, et Moussa Tiegboro Camara ainsi que Marcel Guilavogui comme les exécutants du massacre. Ce qui n'est pas du goût de leurs avocats, mais fait l’affaire des avocats des parties civiles: le face à face avec l'avocat de ce dernier a tourné au duel, ce lundi matin.

Durant plus de trois heures, Maître Salifou Béavogui tente de déstabiliser « Toumba ». Une pluie de questions s'abat sur l'accusé qui perd parfois son calme, mais reste fidèle à sa version. Il répond souvent à côté, se permet même des traits d'humour.

Alors qu’il affirme avoir croisé Marcel et ses hommes avant d’arriver au stade, l’avocat lui demande de décrire les forces que commandait le neveu de l’ex-chef d’État. « Toumba » répond : « Je n’étais pas en reportage ». Des rires résonnent dans la salle d’audience.


Lire la suite sur RFI