Procès du 28-Septembre en Guinée: mis en difficulté, «Toumba» s'énerve à la barre

© Matthias Raynal / RFI

Aboubacar Sidiki « Toumba » Diakité, l'un des 11 prévenus jugés pour le massacre du stade de Conakry qui fit au moins 156 morts le 28 septembre 2009, a comparu mardi 1er novembre pour la 6ème fois. Celui qui avait fait forte impression les jours précédents a été déstabilisé, les avocats de ses co-accusés ayant réussi à mettre en lumière les incohérences de son récit.

Cela fait plus d’un mois déjà que le procès du massacre du stade de Conakry s’est ouvert en Guinée. Très à l’aise face à la cour depuis le début, Aboubacar « Toumba » Diakité s'est montré plus nerveux mardi 1er novembre. L'audience a été marquée par quelques moments compliqués pour l'ancien aide de camp, explique notre correspondant à Conakry, Matthias Raynal.

Dans la matinée, Me Pépé Antoine Lamah, l’un des avocats de l’ex-chef de la junte, Moussa Dadis Camara, a pris la parole. En une question, il a pointé les contradictions de « Toumba » : « Comment se fait-il que vos déclarations tenues quelques mois après les événements du 28 septembre dans la presse sont différentes de celles consignées dans les procès-verbaux d'interrogatoires à Dakar comme à Conakry ? »

Depuis son ouverture le 28 septembre dernier, les Guinéens s’intéressent à tous les aspects du procès du massacre de 2009. Pour eux et pour les observateurs, les magistrats relèvent parfaitement le défi. Ils sont même admirés par certains, relate Mouctar Bah dans la capitale.


Lire la suite sur RFI