Procès du 13-Novembre: témoignages cathartiques et hommage aux victimes

·1 min de lecture

Au procès des attentats du 13 novembre 2015, les survivants et proches des victimes du Bataclan ont continué de raconter l’horreur de l’attaque et leurs difficultés à se reconstruire, ce jeudi 14 octobre. Alors que Veronique est venue évoquer le souvenir de sa fille Claire, et la douleur de n’avoir eu aucun détail sur la mort de sa fille unique qu’elle a élevée seule, la rescapée Marie a aussi exigé de raconter les horreurs de l’attaque et de voir un ami mourir dans ses bras.

Avec Laura Martel, du service France de RFI

Véronique a fait part de la douleur de la perte qui a « dévoré son cœur », a-t-elle répété plusieurs fois pendant l’audition du procès des attentats du 13-Novembre. À cela, s’est ajouté celle d’avoir dû attendre le 19 novembre pour voir confirmé le décès de sa fille, et de ne toujours pas connaitre les circonstances de sa mort six ans après, malgré de nombreuses relances à l’institut médico-légal (IML). Témoigner était pour elle une nécessité.

Parmi les rescapés, Marie a raconté comment « on a refermé le cercueil de Romain avec moi dedans », a notamment déclaré avec émotion cette jeune femme aux cheveux parsemés de mèches roses, évoquant un ami mort dans ses bras. Malgré l’ampleur de son traumatisme, elle avait à cœur d’être « actrice » et non pas « figurante » de ce procès.

À lire aussi : Entretien, Procès du 13-Novembre, semaine 5: témoigner pour réaffirmer une individualité niée

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles