Procès du 13-Novembre: quand le mutique Salah Abdeslam retrouve la parole

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Mutique pendant l'enquête, Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos du 13-Novembre, allait-il parler ? La réponse est tombée dès les premiers jours d'audience, quand le principal accusé s'est octroyé la parole pour vociférer devant les victimes.

L'ambiance est solennelle mercredi quand s'ouvre le procès "historique" des attentats qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.

Comme c'est l'usage, le président de la cour d'assises spéciale, Jean-Louis Périès, demande aux 14 accusés présents de confirmer leur identité, en commençant par Salah Abdeslam.

Le Franco-Marocain de 31 ans se lève. T-shirt, barbe et masque noirs.

"Tout d'abord, je tiens à témoigner qu'il n'y a pas de divinité à part Allah et que Mohamed est son messager", lance-t-il. Sa profession ? "J'ai délaissé toute profession pour devenir un combattant de l'Etat islamique", assène l'accusé.

Un peu plus tard dans la journée, Salah Abdeslam se lève et s'octroie la parole pour dénoncer ses conditions de détention. "On est traités comme des chiens", martèle-t-il, l'index pointé vers le président.

Deuxième jour d'audience, nouvelle provocation alors que la cour continue l'appel des parties civiles. "Les victimes en Syrie pourront avoir la parole ?", demande-t-il. Avant de mettre hors de cause trois coaccusés qui l'ont aidé à fuir après les attentats.

Jean-Louis Périès coupe le micro du trublion, et lui rappelle qu'il est resté muet pendant cinq ans devant les juges d'instruction. "C'est votre droit le plus strict", lance le magistrat.

"J'entends aujourd'hui que vous allez" parler "et c'est très bien, mais ce n'est pas le moment", lui rappelle-t-il.

- "Tribune" -

Ces saillies ont aussitôt nourri un vif débat en marge de l'audience.

"C'est une provocation, on s'y attendait et en réalité on n'en attend absolument rien", a commenté Dominique Kielemoes, dont le fils a été tué à La Belle Equipe. "Pourquoi voulez-vous qu'il se prive de cette tribune ? C'est un combattant de Daech" (Etat islamique), a ajouté Me Samia Maktouf, avocate d'une quarantaine de parties civiles.

"Il faut arriver à ce que Salah Abdeslam ne prenne pas le +lead+ sur le procès, qu'il retrouve sa place dans le box", a pour sa part estimé sur Europe 1 Philippe Duperron, le président de l'association de victimes 13onze15, "il faut absolument le recadrer".

"Certains se demandent s'il faudrait faire taire Salah Abdeslam. J'ai une difficulté avec ça", a réagi son avocate, Me Olivia Ronen, sur France Télévisions. "On peut interroger le contenu, la forme de ses déclarations (...) mais elles ont le mérite d'exister et c'est ça les assises, des moments imprévus où les gens prennent la parole".

Arrêté en mars 2016, Salah Abdeslam encourt la réclusion criminelle à perpétuité, notamment pour "meurtres en bande organisée, en relation avec une entreprise terroriste".

L'enquête a établi qu'il avait convoyé plusieurs membres des commandos jihadistes et loué pour eux voitures et chambres d'hôtel. Il est aussi soupçonné d'avoir acheté des produits pour fabriquer les ceintures explosives.

Mais l'incertitude demeure sur son rôle exact le soir du 13 novembre et sur les raisons pour lesquelles il n'a pas fait usage de la ceinture explosive qu'il portait. A-t-il essayé de se faire exploser ? A-t-il renoncé ? Selon l'enquête, il a livré plusieurs versions à ses proches pendant ses quelques mois de cavale.

- Pas de miracle -

S'expliquera-t-il enfin devant la cour ?

Sur les bancs des parties civiles, on ne se fait pas d'illusion: "il ne va rien dire à part des conneries", y a-t-on entendu vendredi.

En 2018, lors de son procès à Bruxelles pour une fusillade avec des policiers trois jours avant son interpellation, Salah Abdeslam avait déjà pris la parole... pour contester la légitimité du tribunal.

"Je n'ai pas peur de vous, je n'ai pas peur de vos alliés, de vos associés, je place ma confiance en Allah et c'est tout", avait-il lancé lors de son unique intervention à l'audience.

"On n'attend pas de choses miraculeuses", avait prévenu une source judiciaire avant le début du procès. "Il n'y a pas un dossier terroriste où, à l'audience les accusés donnent des explications, y compris quand les charges contre eux sont accablantes".

Resté impassible pendant son procès en 2019 en Belgique pour le quadruple assassinat du musée juif de Bruxelles cinq ans plus tôt, le jihadiste Mehdi Nemmouche a prétendu avoir été "piégé" par de supposés agents des services libanais ou iraniens.

Quant au tireur de l'attentat déjoué par des passagers à bord du train Thalys en 2015, Ayoub El Khazzani, il a causé l'exaspération des victimes lors de son procès l'an dernier en s'accrochant à une thèse fantaisiste: il n'était là que pour tuer les soldats américains présents à bord qui ont réussi à le désarmer.

En marge du procès, Marie, 37 ans, rescapée du Bataclan, disait peu se soucier des explications de Salah Abdeslam. "Il n'y a rien qu'il puisse nous dire qui serait entendable, justifiable".

Vendredi au troisième jour d'audience, lorsque le président a fait le long récit des faits et de l'enquête, l'accusé est resté coi.

mdh-aje/pa/sp

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles